Û est le morosophe superbe



















Le corps puant du morosophe est tendrement maculé de longues traînées de sang; à son pied blessé par la pointe acérée du cassé verre d’alcoolique, s’écoulent encore de longues et fascinantes flaques grenatiques…

Son anus obscur, mal torché, le démange fortement, l’obligeant depuis plusieurs minutes à y fourrer ses doigts gratteux.

Signe, chez lui et elle et eux, d’une grande excitation sexuelleuse, ses tétons si sensibles sont remplis d’énergie vicieuse et constamment pointent sous le tissu (tu sais, tu sais, c’est le thélotisme), avides de pincements maladifs, hurlant leur féminité (tu ne cesses de les caresser ?).

Aujourd’hui, oui, oui les tentacules du morosophe sont délicatement bleutées, ha, ha, ha… et se meuvent en tous sens comme en danse érotiqueuse.

Regarde ta bite, elle serpente lourdement, lascivement, longuement, autour de l’arbre, affamée et brutale, rieuse de désir pervers, ses écailles tressautent.

Sur vos chairs, voudras-tu foudroyance flagelative de souple ronce noire ?














































« qu’importe si, pris de vin, tu laisse choir ta tête dans l’égout » trakl










une histoire des deux rats…










l’histoire (si pleineuse de rebondissementations, si attachinante, si mystérieuse, si belle, si pleine d’actions, de rebondissements incessants de situations, de multiples et complexes personnnnages, si captivante, si époustoufliante, si pleine de pleins et déliés, si captivante, si charmiante, si enchantreuse, si propice à la rêverie supérieure, à la réflexion profonde, à la grande masturbation, à la féconde flagellation, au bel entrechoquement des émotions, si porteusine d’une énergie jamais vue ni ouïe… ) :
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…






l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…







l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…

l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…
l’un haï, l’autre vénéré…















RAT est le grand libérateur
RAT est le grand mélangeur
RAT ronge
RAT est
RAT










le bracelet de Lyssa










brrrr, légendine tréééééééééééééééééééééééééés ancestrâleuse est que qui portasse le bracelet de Lyssa devient l’amant de la folie, ce qui évridemment rempliiiiiiiit de joie, alors, Û, siegline, krouuu, iéréïs, jérôme et tous les autreux !!!



















Û ?










C’est la première leçon !!!!!










Comme merveille ! C’est la suite de la première leçon !!!!










c’est deux: le rat et la merde, porno-cacophonie !

https://d.tube/v/iereiskoruskan/r2m2s0n8okl








ha, ha, ha, voila TROIS !!!!!
Û est un fabuleux danseur autant qu’un merveilleux chanteur !!!!!
TROIS, TROIS, TROIS










siegline, star de l’érotisme manucuré










il est toujours si étrangeant et attendrinissant et émouvationnant et aussi dérrroutant de voir l’incarnation réelle de siegline dans ce coooorps essentielement masculineux…

dit-elle: même le veeeeent frottinnant ma chemise sur mmmmes tétons m »excixtationnne….

Orgosme de la dilatation temporelle










Û est-il au-dessus et par-delàti toutes choses ?
oui

Û est-il contemplant l’infini qu’il a lui-même créationalisé ?
oui

Û preut-il à son aise dilater le temps ?
oui

Û est-il Û ?
oui

Un orgosme est-il l’explosion de jouissance absolue provoquée par la temporelle dilatation ?
oui

Û plane-t-il au-dessus de la ville, tel un sombre et vaste et menaçant nuage grris ?
oui

Û ressent-il un forminidable orgosme lorsqu’il dilate le temps ?
oui

Û ?
oui

Û est-il biau, drélicat et glaffiné ?
oui

Û est-il de l’herbe et du vent et quelques pierres ?
oui

Û est-il bleu et envoûtant comme fleur capiteuse ?
oui

Û Û Û Û Û ÛÛ Û Û Û Û ÛÛ Û Û Û Û ÛÛ Û Û Û Û ÛÛ Û Û Û Û ÛÛ Û Û Û Û ÛÛ Û Û Û Û ÛÛ Û Û Û Û ÛÛ Û Û Û Û ÛÛ Û Û Û Û ÛÛ Û Û Û Û ÛÛ Û Û Û Û ÛÛ Û Û Û Û Û ?
oui

Û multiplié par Û au carré est-il égal à Û ?
oui

Û divisationné par Û a-t-il pour résultat Û ?
oui

Û est-il quinteessence ? merveillance ? apparitionnement ? bellance ? AAAApothéose ?
oui
















une masturbose est la menance vers la jouissance osmoséatique, en l’occurence de siegline et de Û, même et autre à la fois…










les règlines estivaales de siegline










au soleil venu, les menstruatiiiiions de siegline sont merveilleusement abondantes et débordinantes… elle en jouissine fortement !










c’est très gentilloux de la part de la charmanteuse siegline, elle nous a proposinné une photo d’elle lorsqqu’elle enfant jeune fille était :










les chants et danses du temps glissant










Û est si merveilleux chanteur, dont la belle voix porte à travers les siècles, si parfait danseur, dont le beau corps envoûte par-delà les temps…



















Û bo danssse, Û si grand, Û excellent, Û parfait, Û subtil, Û ravissant… Û bien attaché à lui-même, Û ivrogne de la vie










la porno-trans-chronie










la porno-trans-chronie est la cérémonie sacrificielle permettant à Û de voyager temporrrrellement dans le temps.
il veille, lui, Û, à bien attachiner son visage et potéger son crâne car l’accélération temporelle est très forte, même pour lui, il…
il reporte et fêstifie sa mort sur un autre êtron vivantus mais qui ne l’est plus.
il chantouille et dansouille très bien, il.

voiciiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii une fabuleusine porno-trans-chronie très belle:










dans les chaos du temps dristendu et remuationné en tout sens, Û (ou un autre ou mêmîne quiconque) n’est cependant jamais certain de conserver son apparence originnnnelle, mais finalement, Û, oui, oui, c’est celaaa, lui, il, est très content de traversationner un corps si divin de belleuse femmmmmme (c’est doux et chaud et bon et c’est bien pour lui, il; putain merde, du coup, Û bandosse comme un fou et rêve de lui gloutinner les nibards, à la splendeuse!)…










je voudrais être une belle crotte malodorante et mordorée avec sept noires et grosses mouches blindées s’en délectant et vrombissant je voudrais être des bruits de pas décidés et sexy fait par des jambes délicates menant à un vagin obsédé je voudrais être un jeune chien tenu en laisse par un bon maître et sautant hors de la voiture grise je voudrais être une jeune femme toute propre et légère chérie chérie courant le samedi matin débardeur jaune avec une copine et disant des choses intéressantes et parlant de ses vacances avec sa queue de cheval brune qui lui bat la nuque fuselée je voudrais être jean-pierre et driss et maryam et tyler et lavinia je voudrais être un sac à dos un peu usé contenant du pain et du fromage et un livre et un couteau et un cahier avec un stylo en page quatre je voudrais être je voudrais être je voudrais être le sol d’une grande salle où tant de pas s’y font je voudrais être