Le désenchaînement du monde: chaînasse est partie !!!!

Le 27 septidi de ventôse 226, soit 17 mars 18, la chaîne est repartie.
C’est fini, nulle autre escale, nulle mnémose supplémentaire…
Grand désarroi.

Il n’y a pas ci-dessous de mots pendants quelques centimètres, il y a donc de l’absence et du deuil:

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les Mnémoses

 

La chaîne secrète
des mnémoses, qui
sont des figeances chronotiques
universelles et partage
ables,
comme un rêve figé et délimité.
Leur apparence ext
erne est
celle d’une manière de
cocon transl
ucide. Il est
possible d’en visiter certa
ines, quand d’
autres sont sim
plement présentes aux ye
ux exercés et maudits…

 

 

 

Mnémose du Bois-Jo

Pour y pénétrer, commencer par enclencher le sooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooon, puis laisser simplement et sans trop de crainte le doigt sur l’empreinte ci-dessous pendant quelques secondes en marmonnant des « aaaaaaa ». Une sensation un peu désagréable de picotement électrique peut se produire le temps que la mnémose remonte par les nerfs jusqu’au cerveau. Ensuite, une fois le cérébro-téléchargement opéré, fermer les yeux et commencer la visite…
Le déplacement s’y fera dans une certaine gluance froide et humide, effet de la figeance et de la colle utilisée par la chaînasse lors de son élaborationnement.
Cette mnémose fait 260 mètre cube, dure 17 minutes et est datée du 20 décadi de Ventôse 226 à 4:21, soit du samedi 10 mars 2018 à 10:53.

 

 

 

 

Qui craint de ne pas savoir sortir de la mnémose, car oui, oui, des dommages imaginativo-cérébraux peuvent être conséquence d’un séjour trop long ou mal gérationné, peut emmener avec lui cette clé…

 

 

Et voiciIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII une aérienne vue de la mnémose:

 

 

 

 

 

 

 

chaînasse ………….. bouge ……… oui …… oui …..

mois trois
qui n’est avènementie du plintemps
n’a bougeaillé, la chaînasse, n’est vnu dans le ho du bois-jo, pour y contemplassionner l’arrivement du changi dla saison, c’est ventôse 226
pas loin de l’orme, à cotré, pourquoille pas il ? pudeur, ptèt, ot chose ?
bah, y a: l’étlange présencinne de cte arbre, plus bas, semi-mort, très-rongé, très-ancien, moins ormesque et moins-chtrounitz… lui gentil et sachayant brocou!
ahhhhhh, n’est bien bien, en tous ka
n’y QUOI ? BÔÔÔÔÔÔÔ!!!!!!!
Prrrrrr ChIiiiiiiiii Gounnn
y di koa a moa ?
FFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFF

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

iéréïs koruskan entonne alors en l’honneur de cette venue et accrochaison, les chants de la chaînasse…

 

 

 

 

600… Où l’on parle de mon accouchement de la chaîne.

 

La Chaînasse est arrivationnée en notre monde peu avant pluviôse 226 et,
sous forme d’embryon, se logea illrlico dans le lobe de mon oreille de la gauche (c’est moi, c’est moi, c’est moi l’élu,

ha, HA ha, ha

) pour y grandir praisiblement, comme un chtio cancer (allo, dyonis’, ne vingt tu pas d’une cuisse, tu quoque?).
Je fut heureusement et joyeusement et frétillament gravide, malgré d’horribles et délicieuses souffrances
lorsQu’elle se coinçait par mes mouvements.
En quelques de ses mois, une journée pour nious (n’oublions pas les fortes perturbations chroniques et rationnelles que sa présence provok), elle croissi sainement, bien nourri par de la bonne schischine que je secrétais avec soin, et pendi ensuite alors de mon organe, pti’ foetus tout filiforme, si mignon, Ooooooo, Aaaaa, avant que je mette bas, au soir venu…
sans douleur malheureusement

∗∗∗∗∗∗∗∗

∗∗ ∗

∗∗

∗     ∗∗         ∗∗∗∗∗∗∗       ∗∗  ∗∗∗∗

 

 

Chaînasse ayant grosséïfiée, je la porti au bas-ventre, tendlement…

 

Beau et sublimant parturient, je chante pour accoucher (afin de me remercier de l’accueil, la chaîne m’a initié au savoir de la chronose (la chronose est appétit du temps par l’étance, comme on se nourrit d’oxygène par exemple; tout est vivant, tout est mange-temps)):

 

 

Dans une autre version, voici mon accouchement de la chaînasse:

 

Quelle émotion lors de son envolement! :

 

 

 

Pourre sept splendidine occazion, je rajouti un bel ornement de dent de sanglier (unssi qu’un anneau de l’enfer) à mon droit brasselet: