Giclure homochromique

La glacieuse pluie incessante m’ayant octroyé forte et blaireuse érection, je n’ai eu de cesse que de grandement me masturber contre un mur de ruinance,   couverinné de platisants graffitis; homochromique, mon sperme clatique s’est aussitôt teinturelé d’or…


 

 

 

 

Les serpents d’or sont parures d’étance ophidoïne & liquiditive…

 

Les EFFETS !!        sensationnélites ∗∗∗
∗∗∗
et          ourgonmentiaux »          et même,      (   oui, oui, magiquolant           des ornements 
………………………………..∗∗
…………………………………………………………∗∗∗∗∗∗∗
……………………∗∗∗∗∗∗
des serpents d’or sur iéréîs koruskan, sont vairitoublement saissisaniesque et indubitablants:

– iourchisation   du flongue: + 25%;
– crinitionnement  ancra-métabolique: + 17,8%;
– bliffement des plouys: + 1,732%;
– supra-tiguazoïde: oscillations rouges;
– blouguasse rimaneuze: traquinéîsme positif;
– oubassisement rectulien: le tinigraphe reste crouenté.

Ha, ha, ha, ha, ha,
……………………………………………..ha !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
ζζ   ζζζζζ 
……………………………………..ζζζζζζζζ 
      …………………………………………………………………………………………..ζζζζζζ
…………………………………………………….ζζζζ     ζζζζζζ

Il n’est d’ailleurs
que de le voir, de le
contemplationner, de
le regardirer, de l’enchassemirer (en
mettant dans cette
action de…………………………………………………………. ses propre
yeux à soi, beaucoup
de tendresse,
au
moins réglée sur 6 degrés de lictioune):

 

 

 

 

 

 

 

l’étance ophidoïde & liquiditive…

Voilà la nouveauté, l’outil merveilleux si attendu;
Je vais m’y baignasser et m’en rengorganisser  et en bouffave à satiété !!!

 

 

Angoisseuses et lourdines comme huilon de noirance sont les eaux où glinent de longuants et puissinants ophidiens mélaniques, vicieux et affamés de proies hurlinantes…
Magnétoliques sont les troubles remous moirés qui m’y attironnent; rrrrrrrrrrrrrrr; mes yeux se figeancent, suçtés de l’intérieur, je halète, hhhhh, hhhh, hhhh, hhhhhh, hhhhhh, comme bête; et soudain ma tête explosine, orgasmiqueuse dans un déchaîniment de couleurs et de brouits. Alors seulerement et enfin puis je entrer dans l’étance ophidoïne & liquiditive …
Ha, ha, ha, ha, j’enjoie d’un riron de dément somnanbulique, qui secoue secoue secoue ma bite fastueuse en tous sens…

La méthodologie:
Une pensées ou conscience aquatique, fluide, du mélange, gazeuse. Une pensée des volutes et des méandres. La songerie est liquiditive et volutante, toute labile.
La perception ophidienne du temps, où le présent s’étire entre queue et tête.
Une conception élargie de la conscience, dans laquelle tout est moi circulairement, telle le serpent se mordant la queue.

Le symbole:
Deux serpents se croisent.

La lettre:
L’esperluette, demoiselles enlacées &

 

Crache ta vérité…

 

l »étance ophidoïne & liquiditive from iéréïs koruskan on Vimeo.

 

 

 

 

 

Réunion du groupe

De gauche à droite, le 3 nivôse 226, étaient présent:
– iéréïs koruskan;
– jérôme schirmer;
– perséphone koruskan;
– hiéronim michalski;
– diotima schirmer;
– chinook;
– dieu bouc;
– sensus malum.

Ils se sont évidemment, putain d’engeance de merde, aimés et haïs selon l’étance ophidoïne & liquiditive :

 

Le syllogisme chronoïque

1 Plusieurs poissons forment un banc;
2 Je suis dans le banc;
3 iéréïs koruskan est donc un ichtyosaure.

Il ne me reste alors plus qu’à chevaucher mon syllogisme chronoïque pour me retrouver tel que je fût, sortant de l’eau et venant flairer la terre, il y a quatre cent millions d’années de cela…

L’atmorium…