La transte cauchemardique, effet de l’étance ophidoïne & liquiditive…

Notume proléGomanique linguistiquante ~ ~ ~ ~ .

la languine perséphoniène  aaaAA∗∗ estant                     forti semBlabline à la vostre. elle est ceprendant parSeminée  ~ ~ ~ ~ ~ ~    de prostites étoileuses jaunes, afin tounte simplemAnant                      d’honoriner bien le lecteur et qu’ainsi son accueil ~ ~ ~  y soa le plus charmant possibleu (dans un souci de    raffinementation, le parlé  ~ ~ ~ ~ ~ ~  énoncera les étoilines par un « Oooo » admiratice) ; en outre, certlainS mo différinent                                     légèremitent; encore, les majuscuLLLulules y sont prosées au sein mêmine ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~  des                                       termes, aléatouarement (n’oublions pas Kan Perséphonie, selon les principes de l’étance ophidoïne &                                       liquiditive, n’eXXXistonnent  ni drébut  ni fin); oultrement: en hommage, est soulvent ajoué le cri de rOlland, notaillé par « aaaaAAA »; enfin, de merveillEuses et délicAtes et comme s’envolant et doUcement serpentines                                   tildes, indiquonnent à quls morments haleter, le haletage étant haut symbole de nautre  ~ ~ ~ ~ ~ ~  Lebensweise              rocknrolline, essoUUUfleuse et appétinante! AjoutatiOnnons sixièemement  que des espaçiants y          sont fréquemment  ~ ~ ~ ~ ~ ~  polsés , allègeant ainsi le                                                                  textre et y cReusaillant fissurines d’anGGoisses ou de merditations…  ~ ~ ~ ~ ~ ~ aaaaAAAA

 





Le caucheMar ~ ~ ~ ~ ~ , sa réalidilution,                     sOn éruptionisation, aaaAAA est parRtie nécessaire                      et constitutive de l’étance ophidoïne & liquiditive.~ ~ ~ ~

La transTe                    cauchemArdique, que l’on distringue de                 sa version oniresque, elle-même ~ ~ ~ ~ divisée en                neutrâle et joYeusive, consistonne à faire ~~  apparitionner                imaginativement l’horreur depuis et à parTTir de toutes choses, provoquant, c’est       vachement important, aaaaAAAA ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~  uneu terreur physicante réelle et vécusinnée.

Voirlà de gruantS    exemples:
– des tentacules huilEuses ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~  sorteuses      de la fleur se glissouillent en mes narines et viennent fouaillaner         aigrement mon crâne;
– une face cadavéritique  ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~  et           déliqueScente griseuse et coulante       de chairs fondues,  surgit du mur, soufflionant une          haleine délétère me faisant grandement suffroQuer aaaaaAAAA;
– des bras supplémentaires ~ ~ ~ ~ ~  Me poussionnent et cherchent à m’étranglionner;
– je me          métallise progrEssivement ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~        ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ;
– à vue d’œil, aaaaAAAA gangrène gagne moi;
– les immeubles       de la rue se refermisent sUr corps de moua;
– iiiiiiiiiiiur∗      ffffffffvFFFFffffffff;
– na continu bocou…

Ainsi alors donc, ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~  tous les jours        DDepuis le 28 octudi de Nivôse 22- jusqu’au, ceci en son          minimum, 29 nonidi de Pluviôse 226, à 4,89 heure précisante ~ ~ ~ , puis autant que possiblant                   enSuite dans le sein de la journaille passante, seront            ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~  prastiqués                les exercices               ritualiques imaginationnaires d’advenance transtique cauchemarditifs. Ils Favorisent le gainage      imaginant, ~ ~ ~ renforcent la muUscrulature et la bandaison de la                      pErception ontochrotique, élargissent la souplessine compréhensive et, en outrRRRe ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~      ~ ~ ~ ~ ~ ~     ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~          ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~    ~ ~ ~ ~ ~  et enfin, libèrent     activement de La créaphine!∗aaaaaAAAAAAAAAA 

 

 

La métallisanition de iéréïs koruskan:

iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiilllll mavions poussaillé des yeux pour mieux voirer la terrrrrrrrrrrrrreur………

 

 

 

L’ondulation de l’étance ophidoïne et liquiditive…