Les voiles noirs…

img_20161210_173139

 

Sous l’orme avide de solitude, au vent humide,
flottent de lents voiles d’obscurité,
qui sont caresses spectrales
ou plaies noirâtres ouvertes à la lame affûtée.
Les tentacules de bois portent, comme tendrement, des chats pendus;
ils pourrissent en un festin de mouches,
guirlande de puanteur écœurante.
Comme une lèpre, le brouillard gris ronge toute chose,
où ne reste dans la nuit que les oripeaux maudits de nos rêves.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.