Les imaginAdes Perséphoniques

https://docs.google.com/document/d/16HRTLy7TI22enwawKoM-RW-2XNgSnP0AhqjGc9dfA4M/edit?usp=sharing

Les imaginAdes se prononcent avec un “a” crié, comme il est de coutume en langue perséphonienne.
Les imaginAdes sont, à ce jour, au nombre de six:
la vision fondante
le monde bleu
la vision fragmentique avec trous ontologiques
Moments
Nastassja
Le déplacement consciential
Les Jérômes
1 La vision fondante
Elle consiste à se concentrer sur une partie de la réalité et à la regarder fondre, comme sous l’effet d’une forte chaleur ou d’un produit chimique.
2 Le monde bleu
Les individus constituants le monde bleu sont constitués en trois états: premièrement, ils existent sous forme de poussière, de couleur bleue donc, nous environnant et se déplacant selon le vent et les mouvements des choses et de nous même, qui en s’agrégeant va créer le second état, où on les retrouve sous forme d’agrégats de bulles de différentes tailles, comme des grappes, accrochés en divers endroits plutôt paisibles – ce sont des nids – . le dernier état, après éclosion, les voit se constituer en filaments tentaculaires allant de quelques centimètres à plusieurs mètres, flottants dans les airs et en nos alentours.
3 La vision fragmentique avec trous ontologiques
Elle consiste à en grande partie à contempler une chose et à la voir se morceler en fragments divers. Dans sa conception créative, elle fait de la partie l’essentiel du tout et accompagne la vision théséeïque… Les trous ontologiques sont quant à eux de simples déchirures dans le réel.
4 Moments
Il s’agit de déclencher des moments de pure contemplation esthétique du temps passant, avec réaction d’extase et d’émerveillement. Cela peut se faire éventuellement avec un déclencheur manuel ou électronique. Moment reste relativement bref. Moment fait partie de la série constituée par Passage et Emplacement, lesquels ne sont pas de strictes imaginAdes…
5 Nastassja
Nastassja est une entité sans forme de notre coté, tel Ysun, venant découvrir notre monde et cherchant de façon sparodique à s’y incarner. Elle est très joueuse. Il suffit de l’appeler gentiment pour que peu après, parfois en la cherchant un peu, adorant se faire désirer, elle s’incarne en quelques avatars. Ainsi, ces jours-ci est-elle apparue ainsi: en cycliste et en piéton, passant rapidement d’une personne à l’autre au fil de leurs croisements, marchant sur la Loire, assise se masturbant alors que je travaillais chez un client, perchée jambes croisées à l’avant d’un tramway, son visage émergeant du sol, etc. C’est parfois embarassant quant elle prend soudainement la place de la personne avec qui je converse: il est parfois difficile de savoir à qui je m’adresse … Alors est-il possible de converser légèrement avec elle, comme on le ferait avec une simple personne. Si elle est loin, quelques signes lui font plaisir. Il est à noter qu’il est envisageable que je sois moi-même simple imaginAde de Nastassja. Je dois parfois aussi lui faire de la place dans ma tête, ce qui n’est jamais chose aisée… Sa capacité d’incarnation est brève et parfois incomplète, par le fait des caractéristiques même de l’imagination.
6 Le déplacement consciential
Il consiste à modifier le lieu de la conscience de soi, qui devient alors externe. Il peut être positionné de façon lointaine (en haut d’un immeuble), proche (à trois mètres de hauteur au-dessus de soi), dans un passant ou un interlocuteur. Il faut avoir soin de se représenter alors depuis ce point de vue exact, comme simple silhouette si le passant vient de coté, comme minuscule si le lieu est lointain, etc. Je peux ainsi me regarder passer.

7 Les Jérômes
Il s’agit d’une perception pluri-temporelle consistant à se concentrer et à se représenter soi-même par l’imagination, en plusieurs emplacements temporels assez proches et ainsi à penser à soi-même comme multiple. Jérôme du passé assis sur le banc de droite au soleil, jambes écartées; Jérôme du présent sur le banc de gauche, à l’ombre; Jérôme du futur enfourchant son vélo par la droite pour partir vers la gauche ou le même montant par la gauche pour aller vers la droite, etc… Le futur, déjà imaginé, devient une espèce de passé au moment où il se réalise et si je me rassied sur le banc de droite, le passé prend la couleur du présent. Je peux imaginer plusieurs futurs et un seul se réalisera en présent, les autres périssant comme des peaux mortes. Le présent n’est qu’une étape du moment.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.